Forum sur l’immigration

FORUM SUR L’IMMIGRATION

Lors du premier Forum sur l’immigration dans Peter-McGill, qui a eu lieu le 5 mai 2016 au Y des femmes de Montréal, plus de 80 personnes sont venues se prêter à l’exercice: nouveaux arrivants, étudiants internationaux, résidents permanents, citoyens canadiens… l’événement était aussi riche en partage d’expériences et d’idées qu’en diversité.


  1. CONTEXTE
  2. LE COMITÉ ORGANISATEUR
  3. DÉROULEMENT DE L’ÉVÉNEMENT
  4. EXERCICE PAR THÈME: FAITS SAILLANTS
  5. RÉSULTATS

1/CONTEXTE

Au cours de l’année 2015, la Table Interaction du quartier Peter-McGill a activement participé à une concertation autour du thème de l’immigration, rassemblant plusieurs organismes desservant spécifiquement ou en partie les personnes issues de l’immigration.

C’est au sein de cette concertation que l’idée d’organiser un Forum sur l’immigration est née. En nommant tour à tour les défis auxquels ils sont régulièrement confrontés, les partenaires ont identifié des axes et objectifs communs.

2/LE COMITÉ ORGANISATEUR

En tant que carrefour entre les organismes et citoyens du centre-ville, la Table Interaction du quartier Peter-McGill a alors pris l’initiative de piloter un comité ad hoc dédié à l’organisation d’un Forum sur l’immigration. Pour ce faire, elle a bénéficié de l’accompagnement du Service d’éducation et d’intégration interculturelle de Montréal (SEIIM).
Neuf organismes* desservant spécifiquement ou en partie les personnes issues de l’immigration se sont joints au comité.
L’idée initiale était alors d’organiser un événement autour de l’enjeu de l’immigration avec pour objectif de se mettre à jour sur les réalités de l’immigration au centre-ville (connaître la population immigrante et leurs défis), de nommer ce qui se fait pour répondre à ces défis et de trouver quelques pistes de solutions pour améliorer l’intégration des personnes immigrantes au centre-ville.
En résumé, les partenaires impliqués se sont mis d’accord pour inviter les organismes et les citoyens à faire un diagnostic de la population immigrante dans le quartier et dresser un portrait dans le but de comprendre ce que représente l’immigration au centre-ville.
Pour ce faire, quatre thèmes ont été définis: l’emploi, la langue, le réseau et la vie de famille.

*Carrefour jeunesse-emploi Montréal centre-ville, Centre de ressources en employabilité Montréal Centre-Ville (CREMCV), Centre des femmes de Montréal, Service à la famille chinoise du Grand Montréal, Service d’éducation et d’intégration interculturelle de Montréal (SEIIM), Université Concordia, Y des femmes de Montréal, YMCA centre-ville, Youth Employment Services Montreal

3/DÉROULEMENT DE L’ÉVÉNEMENT

Dès leur arrivée, les participants étaient invités à partager un mot qui leur venait à l’esprit lorsqu’il ou elle pensait à l’immigration au centre-ville. Tous les mots ont été compilés dans un nuage de mots qui a été projeté à la fin de l’événement.
L’événement a débuté par une activité brise-glace qui a permis aux participants de se mélanger les uns avec les autres. Ensuite, tous ont été invités à joindre la table de leur choix: 2 tables étaient consacrées au thème de l’emploi, 2 au thème de la langue, 2 au thème du réseau et 2 au thème de la vie de famille. Dans un premier temps, l’exercice consistait à identifier les besoins d’une personne issue de l’immigration en fonction du thème. Ensuite, chaque participant identifiait comment il ou elle pouvait contribuer pour répondre aux besoins nommés. Des rotations ont eu lieu de sorte à ce qu’un même participant puisse participer aux échanges sur plus d’un thème. L’événement s’est clôturé par un moment d’échange et de réseautage avec musique et bouchées.

4/EXERCICE PAR THÈME: FAITS SAILLANTS

Pour les 4 thèmes, les participants ont considéré que les besoins peuvent beaucoup varier selon le statut de la personne immigrante, c’est pourquoi il a été décidé de faire la distinction entre l’immigrant-e étudiant-e, réfugié-e et résident-e permanent-e.

EMPLOI
Parmi les besoins identifiés au niveau de l’emploi, l’aide administrative, l’accès à des services gratuits et la conciliation travail/famille (services de halte-garderie, etc) sont les principaux à avoir été nommés pour les 3 statuts. De plus, on retrouve la question de l’acquisition de la première expérience dans son domaine pour l’immigrant-e étudiant-e, la langue (francisation) pour l’immigrant-e réfugié-e et la reconnaissance des acquis, des compétences et des diplômes pour l’immigrant-e réfugié-e et l’immigrant-e résident-e permanent-e.
Quant aux contributions possibles, les participants ont jugé prioritaire de faciliter le réseautage (officiel et informel), faire connaître les ressources pour faire du bénévolat et accéder à l’emploi, offrir un accueil gratuit pour socialiser, pour les loisirs et pour les ressources, offrir du coaching personnel, des programmes de mentorat et jumelages, des conseils en recherche d’emploi et plus spécifiquement proposer un soutien pour se familiariser avec les valeurs locales du CV canadien.

LANGUE
Pour ce qui est de la langue, ont été identifiés comme besoins majeurs des ressources gratuites et un accès simplifié à l’apprentissage et la pratique de la langue (français et anglais principalement), des groupes d’échange, un accès aux médias en plusieurs langues, une meilleure compréhension des expressions québécoises et de l’aide pour remplir les formulaires (pour les personnes allophones).
Les participants ont identifié plusieurs contributions possibles comme le jumelage dans des activités novatrices quotidiennes, des capsules vidéo sur les expressions québécoises, la traduction de documents et l’organisation d’activités de langues.

RÉSEAU
Les besoins majeurs identifiés concernent l’accueil et l’accompagnement à tous les niveaux (démarches administratives, logement, apprentissage de la langue, santé, etc), les occasions de rencontre, le mentorat professionnel et la connaissance des ressources disponibles.
Parmi les contributions possibles, les participants ont principalement mentionné l’utilisation de médias communautaires écrits et visuels pour garder les personnes connectés et informés.

VIE DE FAMILLE
Les besoins concernant la vie de famille concernent principalement l’accès aux soins (accessibilité et connaissance du système), l’accès à l’emploi, la socialisation (soutien face aux différences culturelles), l’accès à l’alimentation (habitudes alimentaires culturelles), les ressources et l’accompagnement pour les besoins de base (école, CPE, emploi, démarches administratives et financières, etc.), un soutien par rapport aux enjeux conjugaux, la connaissance de ses voisins et des ressources pour les familles monoparentales.
Les contributions possibles mentionnées visent principalement à donner de l’information, à contribuer à développer la conscience et l’implication citoyenne, à partager les expériences personnelles, à créer des projets communautaires et à offrir des lieux de réseautage formels, informels, intérieurs et extérieurs.

5/RÉSULTATS

Par rapport aux objectifs que le comité organisateur s’était donné, les partenaires sont très satisfaits des résultats car non seulement, cela a permis de démontrer que le travail collectif fonctionnait très bien au sein de cette concertation mais cela a également donné le goût aux partenaires de continuer.

Principaux objectifs atteints:

  • Excellente participation: 80 personnes;
  • Diversité des participants: citoyens de cultures différentes et organismes de secteurs différents;
  • Création d’un espace sécuritaire où chacun a pu exprimer ses idées, son ressenti, etc.;
  • Grande implication des partenaires dans la logistique et la mobilisation de participants;
  • Création d’un portrait qui démontre les besoins et les ressources disponibles sur les quatre enjeux discutés lors du Forum;
  • Validation du travail des organismes desservant principalement ou en partie les personnes issues de l’immigration et apport de nouvelles idées;
  • Volonté des membres du comité de poursuivre les efforts pour créer des espaces d’échanges autour de ce thème dans l’année à venir.

L’exercice de réflexion sur les besoins a révélé une certaine méconnaissance des services existants.
Ainsi, alors que ce premier Forum a surtout servi à encourager la population à dresser un portrait de l’immigration et à dégager quelques pistes de solution, il y aura assurément des suites en 2017-2018. Restez à l’affût!

Articles récents

Dossier de l’école: les dernières nouvelles

Quelques nouvelles concernant le dossier de l’école. En premier lieu, nous vous invitons à lire ou relire cet article sur les actions du mois de décembre. Les actions entreprises ont donc eu leur effet, tant la campagne de coloriage que les interventions comme celle d’Hector au conseil d’arrondissement tel que vous lirez ci-bas.

1/ Rencontre avec le cabinet du Ministre de l’Éducation

Une rencontre a eu lieu le lundi 18 décembre avec l’attaché de M. Sébastien Proulx (Ministre de l’Éducation). Étaient présent Cathy Wong (Conseillère du district Peter-McGill), François Laramée (Attaché politique de Jacques Chagnon, député provinvial de notre district), Stéphanie Richard (Présidente du conseil d’établissement de l’école St-Léon de Westmount), Graham Singh (Parent d’élève et pasteur à l’Église St-Jax), Stéphane Febbrari et Matthieu Pajot (Interaction du quartier Peter-McGill).

Le Ministre est bien conscient de l’urgence et des besoins en écoles dans notre quartier et plusieurs éléments sont ressortis: le prix demandé par le promoteur (Devimco) est trop élevé et c’est à la Commission scolaire de Montréal (CSDM) de négocier avec le promoteur. Devimco a commencé les travaux, l’excavation est à priori en cours et il semblerait que M. Goulet, président de Devimco, ait omis l’option de l’école sur la partie de son site.

2/ Rencontre avec Claridge

Si vous vous souvenez bien, le site appartient à 2 propriétaires différents, Devimco et M. Kerub. Ce dernier possède la tour 1 (nord-ouest du site), le bâtiment des infirmières ainsi que la tour 6 de logement social. M. Kerub est actuellement en train de s’associer avec Claridge (gestionnaire de capital) et Chartwell/Batimo (constructeur de résidences pour ainés). Nous avons rencontré Claridge le 20 décembre, qui nous expliquait que la tour de logement social famille est maintenue (reste à la Ville et au promoteur de signer), la tour 1 sera donc partagée entre résidences pour aînés et condos de luxe. Suite à cette rencontre, nous avons compris que les promoteurs n’étaient pas en faveur d’une école dans leur partie du site, manque de place et long délai de financement de la part du ministère.

3/ La suite?

Lors de la rencontre avec le cabinet du Ministre de l’Éducation, alors que la CSDM n’avait pas été conviée, Mme Cathy Wong a proposé que la Ville de Montréal fasse preuve de leadership et convoque tous les acteurs pour une rencontre qui nous permettra de décider ensemble sur quel site (parmi les 3 proposés par la CSDM) nous mettrons nos efforts dans un futur très proche. Il s’agira de la première rencontre avec tous les acteurs concernés autour de la même table.

Nous attendons des nouvelles de Mme Wong pour la prochaine rencontre qui devrait être décisive. De plus, une motion non partisane a été adoptée lors du dernier conseil d’arrondissement pour que les conseillers travaillent avec le Ministère de l’Éducation « pour assurer le développement d’une école primaire dans le district Peter-McGill ». Également, la Direction Générale de la CSDM a été mandatée pour procéder à un avis d’intention pour développer des écoles primaires dans le quartier, notamment sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants.

Pour ces raisons, nous continuons à croire qu’il est possible qu’une école voit le jour sur le site de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants; aussi nous voulions solliciter l’intérêt de nos membres à participer à une activité de mobilisation à laquelle nous inviterons les journalistes.

L’idée première était de faire, le temps d’un avant-midi, une classe d’école fictive avec des enfants dans le Square Cabot (face au site e l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants) mais nous restons ouverts à d’autres idées!

Il est minuit moins 5, c’est pourquoi nous pensons que nous devons poursuivre nos actions. La Table aura besoin de l’appui du maximum de monde pour rassembler parents et enfants, afin que cette activité soit un succès. Si vous souhaitez participer à cette action, vous pouvez contacter Matthieu Pajot à gestionpic@petermcgill.org.

  1. Nourrir la vie: un outil pour les intervenants en périnatalité Laisser un commentaire
  2. Hiver de bien-être pour les proches aidantes au Y des femmes Laisser un commentaire
  3. Plus d’activités au Y des femmes de Montréal pour passer l’hiver! Laisser un commentaire
  4. Recrutement en cours programme Femmes vers l’emploi Laisser un commentaire